Dorade en papillote, riz au curcuma et safran

dorade-en-paillote-riz-au-safran

Parfums de Méditerranée pour ce retour de marché

Les poissons de la criée de Sète sont enfin sur le marché, alors j’ai pris deux dorades de ligne hyper fraîches pour un plat vite fait.

Ingrédients pour 2 personnes

Papillotes : 2 dorades (200 à 250 g) – Une gousse d’ail – 2 champignons bruns – 4 tomates cerises – sel – poivre – 2 cuiller à soupe d’huile d’olive – 4 cuillers à soupe de mélange de persil et de feuilles de céleri hachées –

Riz : Un verre à moutarde de riz à risotto – Une échalote – Une gousse d’ail –  Une tranche de curcuma frais de 3 mm (ou une cuiller à café de poudre) – Une belle pincée de filaments de safran – 3 tiges de fenouil – 3 champignons bruns – 2 cuiller à soupe de persil haché – 15 cl de fumet de poisson –  Une fine tranche de citron – Une cuiller à soupe d’huile d’olive

Faîtes fondre dans une poêle votre échalote hachée et vos tranches fines de tiges de fenouil.

Mélangez ensuite votre curcuma haché fin aussi puis faîtes revenir le riz jusqu’à ce qu’il devienne translucide et se colore.

Versez le fumet de poisson. Ajoutez le safran, l’ail hachée fin, les champignons coupés en tranches,  la pulpe du citron.  Laissez mijoter à feu moyen.

Videz les dorades et écaillez les (moi c’était fait !).

Mettez dans le ventre le mélange persil – céleri (l’idéal c’est de la coriandre fraîche) et l’ail coupé en fins pétales. Salez poivrez

Posez sur le papier alu des tranches de tomate et de champignons. Salez poivrez.

Posez la dorade dessus.

Arrosez d’huile d’olive.

Fermez les papillotes. Faîtes cuire au four à 220° à peine 10 minutes.

Servez. Le jus formé au fond de la papillote est un régal. Arrosez le poisson avec.

C’est sûr, il y a des arêtes, mais c’est tellement bon un poisson cuit sur l’arête; ça vaut bien qu’on s’embête un peu !

Dégustez avec le riz.

C’est simple mais délicieux.

A défaut de curcuma frais et de filaments de safran, je vous conseille le mélange « spigol » en poudre, bien connu des méditerranéens.

(« Il est bon, ton riz. T’y as mis du spigol, non? », expression connue )

Riz au lait de coco et coulis de cerise

 

riz-au-lait-de-coco-et-coulis-de-cerise

Un dessert enfantin, acidulé et tout en douceur

Je vous donne la recette mais franchement elle est dans le titre.

Ingrédients : Un verre de cuisine de riz à dessert – Une boîte de lait de coco de 400 ml – sucre comme vous aimez – 10 cl de coulis de cerise

Faîtes cuire le riz avec le lait de coco et le sucre . Ajoutez au besoin de l’eau.

Pour faire le coulis il faut le même poids de fruit et de sirop de sucre (moitié sucre et moitié eau) quand vous êtes en saison. Vous faîtes chauffer puis vous mixer.

Mais comme on n’est pas en saison j’ai pris deux grosses cuillers à soupe de confiture de cerise, j’ai rajouté à peu près la moitié de volume d’eau. J’ai fait chauffer et j’ai mixé. C’est pas mal aussi.

Ensuite vous présentez vos ramequins.

La plénitude de la noix de coco, l’acidité et la légère amertume de la cerise donnent un dessert équilibré en goût et simple comme bonjour.

Marmite de paleron et légumes à l’orientale

marmite-de-paleron-et-legumes-a-lorientale

Un bouilli de haut goût pour régaler grands et petits

Il paraît que le couscous est le plat préféré des français. Et je ne sais pas ce que vous en pensez mais ce qui fait le plat c’est une bonne semoule et une bonne « chorba » (bouillon).

Le paleron, morceau à mijoter, gélatineux, est à mon avis le morceau de bœuf qui donne le plus de goût à ce type de plat (sinon le collier et la poitrine d’agneau c’est du délice aussi). Et puis pour ne rien vous cacher j’ai profité d’une promotion pour cuire un beau morceau de paleron de presque 2 kilos, faut ce qu’il faut !

Pour les ingrédients :

Un beau morceau de paleron de bœuf – huile d’olive –  un oignon – 3 carottes – 3 panais -2 raves – une branche de céleri – un fenouil – une boîte de concassée de tomates – une cuiller à café bombée de ras el hanout – une tranche de citron (juste la pulpe) – sel – eau

Là aussi c’est pas compliqué.

Faîtes d’abord tevenir votre paleron sur toutes les faces pour qu’il dore. Ensuite rajoutez le sel , les épices, les tomates, l’eau pour couvrir, l’oignon coupé en lamelles, le céleri en morceaux de 7 cm, le fenouil en 8 « quartiers » (ce n’est pas le bon mot, puisqu’il y en a 8).

Laisser bouillir à petit feu deux bonnes heures.

Ajoutez les autres légumes coupés en gros morceaux. Laisser encore mijoter une heure.

Quand tout est bien cuit, servez avec de la semoule ou comme je l’ai fait, avec du millet (c’est une céréale sans gluten). C’est excellent aussi. Il n’y a qu’à le faire dorer à sec puis le faire cuire et gonfler en arrosant avec de la chorba.

Je n’ai pas de photo. Une autre fois…

Cuisse de dinde au four

cuisse-de-dinde-au-four

Une recette simple, une cuisson douce pour une viande moelleuse.

La cuisse, c’est ce que je préfère dans la dinde. C’est le morceau où la chair a le plus de goût et de texture je trouve. En plus cela reste bon marché, même avec de la bonne qualité de viande. Voici une façon de la cuire qui ne vous fatiguera pas les méninges et qui vous permettra de la consommer, froide ou chaude avec un moelleux incomparable.

Ingrédients Une belle cuisse de dinde (ici 1,8kg) – Sel – Poivre – Une cuillerée d’huile d’olive – Thym – une carotte – un oignon moyen – Une tranche de céleri boule.

Recette : Dans une cocotte placez votre cuisse de dinde. Salez et poivrez à votre convenance. Saupoudrez de thym. Arrosez d’huile d’olive.

Placez autour de la cuisse la carotte, le céleri et l’oignon coupés en petits morceaux.

Couvrez et enfournez dans un four à 105°C. Je l’ai laissée 4h. En fait vous devez avoir une température intérieure en 75 et 90° pour une juste cuisson. Un thermomètre vous donne ça au degré près. Sinon piquez avec une aiguille, ça doit couler transparent. Là on est moins précis.

Avant de servir je l’ai passée sous le grill pour faire croustiller la peau, ce qu’elle a fait bien volontiers. Et ensuite régalez vous !

La viande garde de la texture tout en étant moelleuse et fondante. Aucune sécheresse souvent constatée dans la dinde grâce à la cuisson douce.

La garniture aromatique a parfumé votre viande ce qui en renforce le goût.

Vous avez environs 1 cm de jus au fond de la cocotte, régalez vous avec aussi. Il a une très bonne tenue et en plus il est très peu gras.

Sur la photo il ne reste que le pilon, le reste n’était pas présentable tellement on s’y est jetés dessus !

Salade de pieds de veau

salade-de-pieds-veau

Une digression sur la salade lyonnaise, avec un peu de fraîcheur en plus

Maintenant que vous avez cuit vos pieds de veau, voici une proposition de salade bistrot pour les utiliser.

Rien de très compliqué. Voici les ingrédients pour 2 personnes.

200 g de pied de veau décortiqués – 2 petites endives – 4 radis – 2 champignons bruns

Pour la sauce : une cuiller à soupe (CAS) de moutarde à l’ancienne – Une CAS de vinaigre de vin blanc à l’estragon – Un cube de gelée de pied fondu délayé avec 2 CAS d’eau (voir recette en lien) – 2 CAS d’huile de colza – 1 CAS d’huile de colza grillé – 1 CAS de persil haché – 1/2 CAS d’échalote hachée menu menu – sel – poivre

Vous coupez bien en fines tranches vos légumes de salade.

Vous faites tiédir vos morceaux de pieds de veau (au micro-ondes ça marche) pour qu’ils ne collent pas entre eux.

Pour préparer la sauce vous faîtes comme une mayo, mais la gelée fondue va remplacer le jaune d’œuf. D’abord la gelée, la moutarde, le vinaigre, ensuite on monte avec les huiles et enfin on ajoute les aromates.

Mélangez tout ça et régalez vous. Il faut une sauce de goût pour relever le pied.

Cuire des pieds de veau

pieds-de-veau-en-cocotte

Bon marché, à accommoder ensuite pour des plats « bistrot »

Et oui, encore de la tripaille, de la gélatine. Vous avez compris : j’adore. Aujourd’hui on va se tortorer des pieds de veau.

C’est l’ami indispensable des plats de tripe pour avoir une sauce qui colle bien. Vous pensez, avec tous ses os et sa peau, il dégage un maximum de collagènes. Mais on peut aussi le manger pour lui même. Il est très apprécié dans la cuisine lyonnaise mais j’en ai mangé aussi dans de la cuisine asiatique ou orientale. Il n’y a que la garniture aromatique qui change.

C’est un morceau fade qui exige du temps et un environnement de cuisson plutôt corsé. Comme vous le voyez, j’ai fait dans le classique.

Pour 4 demi-pieds (coût 1,30€) :

Oignon, vert de poireau, céleri (boule), carottes, persil, girofle (2 clous), poivre, sel, thym, laurier et eau bien sûr.

Vous faîtes cuire à tout petit feu, juste à ébullition pendant 3-4-5 h. Il faut que votre chair se détache facilement des os.

Quand c’est cuit vous désossez et vous coupez en petits bouts. Pour 4 pieds j’ai eu 1 kg à peu près de pieds désossés.

Ensuite vous pouvez les préparer chauds, ou en salade.

pieds-de-veau-decortiques-cuits

Et le bouillon? Ne le jetez pas malheureux !

Vous le filtrez en laissant le fond (il y a des impuretés).

Vous le dégraissez (le plus simple c’est de laisser refroidir au froid et d’enlever la graisse mais il n’y en a pas énorme).

Ensuite vous faîtes réduire sur le  feu à un tiers voire un quart de son volume.

Laissez refroidir 12h , cela vous fait une gelée bien dure. En bas, ou à la surface, en général il y a encore des impuretés. Vous les jetez.

Après moi je coupe des cubes que je met au compartiment à glace du frigo. D’autres utilisent un bac à glaçon, pourquoi pas? Cette gelée sera un précieux auxiliaire pour des fonds de sauce, parfumer une soupe…