Pancake banane-maïs-huile de coco

Un dessert absolument végétal, et sans gluten, aux parfums des Caraïbes

Un nouveau dessert absolument sans œuf, ni gluten, ni produit laitier avec un résultat bluffant et des produits courants et plutôt bon marché. Pour cela j’ai utilisé la banane et ses extraordinaires propriétés liantes qui permettent un beau résultat.

Le plat a l’avantage d’être rapide à effectuer et d’une simplicité extrême. Il sera idéal pour un petit déjeuner ou un goûter.

Ingrédients pour 5 pancakes

2 bananes bien mûres – 80 g de fumetto (farine de maïs) – 40 g d’huile de coco + une cuiller à soupe pour la poêle – 5 gouttes d’extrait de vanille – une cuiller à café de rhum – une pincée de bicarbonate

5 cuillers à café de sucre

Recette

Tout d’abord écraser la banane à la fourchette en purée. Ajoutez la farine et la graisse puis mélanger pour obtenir une pâte souple.

Ajoutez les autres ingrédients et laissez reposer 20 minutes.

Faîtes chauffer à feu moyen dans une poêle l’huile de coco. A l’aide d’un cercle constituez vos pancakes sur une épaisseur de 5 à 10 mm.

Retournez quand c’est doré.

Saupoudrez d’une cuiller à café de sucre (idéalement un sucre brun non raffiné).

Le résultat a une bonne tenue tout en restant moelleux. Le mélange banane, coco, rhum, vanille fonctionne à merveille.

La farine de maïs donne la teinte jaune appétissante.

Et en plus il parait que c’est bien fluffy.

Quelques commentaires, il n’y a pas de raison.

La fumetto, farine de maïs, très utilisée en Italie mais aussi dans le Sud Ouest pour faire le fameux millas, gâteau au maïs (même si le nom vient du millet). Ce n’est pas de la maïzena (fécule) ni de la polenta (semoule). L’avantage c’est sa couleur mais vous pouvez utiliser certainement un autre farine sans gluten voire de la fécule à mon avis.

La banane remplace l’œuf, mais elle a un goût marqué.

Si vous trouvez l’huile de coco trop chère, vous pouvez utiliser une autre graisse végétale type margarine, mais vous aurez un goût moins typé. Je fais juste remarquer qu’on en utilise pas énormément dans la recette, même si c’est vrai que c’est pas donné.

Le truc du cercle pour donner la forme, c’est une coquetterie de cuistot. Vous pouvez également déposer vos cuillers de pâte telles quelles. Le résultat sera moins régulier, voire confectionner une grande crêpe épaisse façon matefaim et la découper ensuite.

Quelques variantes à essayer : incorporez des dés de fruits caramélisés dans la préparation style pomme ou mieux encore, ananas !

Velouté de céleri rave et moules au curry et lait de coco

Velouté de céleri et moules au curry et lait de coco

Un bain de soleil des Antilles sur un légume d’hiver

Oui, on peut faire autre chose que du céleri-rémoulade avec cette boule d’aspect peu engageant que l’on trouve sur nos étals l’hiver.

Avec ce velouté vous allez surprendre et régaler vos convives, et à bon marché et amener un peu de chaleur dans vos repas d’hiver.

Pour 4 personnes :

Un quart de boule de céleri rave – Une cuiller à soupe d’huile de coco – 4 cuillers à soupe de farine  de coco  – Un cuiller à soupe de jus de citron – un doigt de gingembre frais – Une demi racine de curcuma frais – Une cuiller à soupe de curry – Une échalote – 50 cl d’eau – 24 moules – sel (si besoin)

Recette

Faîtes ouvrir les moules sur feu vif avec un peu d’eau. Garder l’eau de cuisson filtrée au préalable. Dé-coquillez et réserver les mollusques.

Dans une casserole faire fondre l’échalote avec l’huile de coco, le curcuma et le gingembre frais hachés fins.

Pendant ce temps détaillez en gros dés le céleri.

Versez l’eau, l’eau des moules, le céleri, le jus de citron, le curry et laissez cuire à feu moyen une bonne demi-heure (le céleri doit être cuit).

Mixez, rectifier l’assaisonnement si besoin mais l’eau des moules et salée et le céleri est aussi naturellement salé.

Puis servez avec les moules.

Vous verrez, cela plaît beaucoup. Coco et céleri ont finalement des goûts cousins mis en valeur par l’iode des moules, la fraîcheur du citron et la force des épices.

Cela débute bien un repas avec classe et simplicité.

PAS DE PANIQUE, MONIQUE !

Je n’ai pas d’huile ni de farine de coco. Ce n’est pas un problème, achète une boîte de lait de coco et fais revenir l’échalote avec le corps gras de ton choix.

En fait les laits de coco du commerce sont fabriqués avec un mélange de graisse et de farine de noix de coco, des stabilisateurs et de l’eau. Comme j’en utilise souvent, j’ai préféré acheter les ingrédients de base (que l’on trouve surtout dans les épiceries bio, c’est comme ça) histoire de ne pas payer l’eau trop chère. Bien entendu rien n’oblige à emplir ses placards avec ce genre de produits lorsqu’on n’en a pas l’utilité.

Je n’ai pas de gingembre frais. Mets du gingembre en poudre ou même tout autre piquant de ton choix : un bon poivre, un piment oiseau (fais gaffe quand même). Mais j’aime bien le goût citronné du gingembre.

Je n’ai pas de curcuma frais. C’est bien dommage pour toi, on en trouve de plus en plus et souvent dans les épiceries bio ou asiatiques mais pas que. Mets du curcuma en poudre. Sinon tu t’en passes et le curry colorera le plat.

Je n’ai pas de céleri rave. Fais une autre recette parce que là je ne peux plus rien pour toi, Monique !