Quatre-quarts à la compote

gateau à la compote

Un autre gâteau sans œufs, ni gluten, ni lactose

Toujours la recherche et développement dans le sans gluten, sans œufs et sans lactose. Pas évident la pâtisserie dans ces conditions. Ce coup ci l’idée c’est de remplacer les œufs par de la compote.

Et bien j’ai essayé et ça ne marche pas si mal.

Ingrédients : 200 g de compote sans sucre – 100 g de sucre – 200 g de mélange de farines sans gluten – 150 g de graisse de palme (bio, non hydrogénée, cueillie avec les orteils…) – cannelle – pincée de sel – une cuiller à soupe de levure chimique

Pour la compote j’ai épluché les pommes et cuit avec un peu de citron. Petite astuce : j’ai cuit à part dans un peu d’eau les trognons avec du citron aussi et ensuite j’ai foulé dans une passoire à grille fine et mis avec les quartiers. Cela vous donne une compote assez ferme car plus riche en pectine, ce qui sera important pour la suite. Vous pouvez cuire les quartiers avec la peau aussi ce qui renforcera la teneur en pectine. Mais comme j’avais des pommes traitées et que je n’arrive pas à avoir une réponse fiable sur la toxicité ou pas de la peau, j’ai appliqué le principe de précaution.

Le mélange de farine c’est à peu près à part égales : lupin – pois chiche – riz – maïs – arrow root (fécule) mais vous pouvez changer en fonction de ce que vous trouvez et de vos goûts. Attention cependant, la plupart de ces farines ont des goûts prononcés d’où la nécessité de mélanger pour équilibrer.

Après c’est pas compliqué. On fait fondre la graisse, on mélange avec le sucre. Ensuite on ajoute la compote puis petit à petit les farines, la levure, le sel, la cannelle.

On graisse un moule à cake et on met la pâte dedans. C’est plutôt épais.

On couvre d’une feuille de papier alu et on met au four à 185°. Au bout de 45 minutes on enlève la feuille de papier et on laisse encore 10 minutes à dorer.

En fait il faut qu’une lame ressorte dans accrocher, même si votre gâteau reste mou.

Laissez refroidir et démoulez, vous verrez, ça tient mieux. Le résultat est dense mais très moelleux. C’est l’humidité de la compote. La pectine donne une structure à l’ensemble. Au goût c’est sympa.

Quelques conseils :

Si vous utilisez une compote du commerce déjà sucrée baissez votre ration de sucre.

Vous pouvez remplacer la pomme par de la poire, du coing ou même de la carotte, ces deux derniers sont encore  plus riches en pectine.

Les pommes au four: un dessert bien régressif dont on ne se lasse pas

Pommes au fourEncore une fois pardon pour les photos. Des pommes au four, c’est simple et rustique, mais c’est un vrai régal !

Voici celles que j’ai réalisées aujourd’hui. L’ingrédient numéro un c’est la pomme, là j’ai pris des boskoop qui conviennent parfaitement à l’exercice : une bonne acidité, une chair qui part en purée.

Ensuite j’ai évidé chaque pomme avec un emporte-pièces idoine. J’ai vu après coup que certains remettaient ensuite le fond de la « carotte », c’est pas bête du tout, j’essaierai.

J’ai lavé mes pommes sous l’eau puis ensuite je les saupoudrées de sucre glace pour que la peau caramélise.

Sous chaque pomme dans le plat, un petit morceau de beurre. Dans chaque trou : une demi cuillère à soupe de cassonade, une cuillère à café de cannelle, une noisette de beurre encore (faut ce qu’il faut).

Ensuite on enfourne ça à 185 ° pour XXX minutes (15-20), faut regarder quand les peaux s’ouvrent. Arroser en cours de cuisson avec les caramel qui va au fond du plat bien sûr. Puis servir tiède avec à nouveau le caramel qui s’est déposé au fond du plat.

C’est simple mais c’est une vrai délice.

Avec une boule de glace vanille pour une réception. Dans ce cas servir au sortir du four pour jouer le chaud-froid et pourquoi pas un palet breton pour amener du craquant et du sel?