Le houmous à Sam

Houmous à ma façon

La traditionnelle purée de pois chiches, avec quelques petites touches personnelles

Je ne voulais pas mettre cette recette sur ce blog, mais comme Tonio insiste, je ne peux lui refuser. Vous pouvez la trouver en des milliers d’exemplaires sur le net. J’ai juste fait une ou deux petites adaptations en fonction de la pénurie d’ingrédients de base mais ça ne change pas grand chose.

Juste une précision de départ  : « houmous » ne veut pas dire « purée », mais « pois chiche », en arabe. Je préfère expliquer parce que l’autre jour au restaurant on est venu m’indiquer qu’il y avait « du houmous de pois chiche » dans mon assiette, c’est à dire du « pois chiche de pois chiche » ! Et je ne parle pas des houmous de ceci ou de cela qui fleurissent sur le net et dans nos menus, mais c’est vrai que ça fait plus exotique que « purée de … » qui sonne un peu cantoche. Respectons les mots et leur sens et réservons le mot de houmous aux préparations où il y a du pois chiche.

Bon, ça c’était pour mon petit coup de gueule du matin, mais c’est très secondaire en définitive, voici la recette :

Ingrédients : Une boîte de pois chiches cuits de 400 g égouttés – 4 cuillers à soupe de sésame blond – Une cuiller à soupe de cumin en graines – 5 cl d’huile de colza grillée – 10 cl d’huile de colza neutre – une gousse d’ail – deux cuillers à soupe de jus de citron – sel – paprika fort

Recette

Égouttez et rincez les pois chiches.

Dans une poêle brûlante, à sec, faîtes torréfier (c’est à dire caraméliser sans griller) les graines de cumin. Réservez dans un mortier.

Dans la même poêle, faîtes torréfier également votre sésame. Attention, je vous conseille un couvercle parce que les graines ont tendance à faire « pop corn ». Mais pensez quand même à tourner régulièrement.

Mélangez dans le mortier avec le cumin et écrasez grossièrement . Vous pouvez également utiliser un robot hachoir, mais ça à tendance à faire une pâte et à chauffer à nouveau le mélange.

Épluchez et hachez grossièrement la gousse d’ail.

Dans le bol d’un mixer à vitesse moyenne mélangez vos ingrédients (sauf les pailletes de paprika qui sont  bien plus jolies entières) en ajoutant petit à petit l’huile neutre jusqu’à la consistance souhaitée. Vous pouvez aussi rajouter de l’eau pour un mélange moins gras, mais tout ça est plein de bons oméga 3 que diable !

A la fin mettez le paprika.

Vous pouvez présenter dans une assiette creuse en rajoutant de l’huile par dessus et en décorant avec quelques pois chiches entiers, un saupoudrage de paprika…

Commentaires

Normalement pour la recette il faut du tahiné (de la pâte de sésame), ou de l’huile de sésame grillée. La recette est née du hasard parce que je n’avais pas tout ça. Donc l’huile de colza grillée amène le grillé, quand au sésame torréfié, il amène une note de caramel dont je suis très fier et qui me permet d’intituler cette recette « le houmous à Sam ».

Je n’utilise pas d’huile d’olive parce que j’estime que ça brouille un peu le message avec le  sésame. Question de goût. C’est pour cela que j’ai choisi des huiles  plus neutres. D’ailleurs l’huile d’arachide conviendrait peut être mieux puisque l’arachide et le pois chiche sont des cousins, y compris en saveur.  Par contre les provençaux font une « poichichade » (à prononcer avé l’accent et à accompagner d’un rosé ou d’un pastis) sur le même principe sans sésame mais avec de l’huile d’olive et des herbes. Pour en avoir dégusté plusieurs fois, je trouve ça plus cohérent.

Mais  en cuisine, rien n’est écrit pour toujours… Heureusement !

Publicités

Samosa de boudin noir, salade de betteraves et granny sauce asiatique

Samossa de boudin noir, salade de betterave et granny en sauce asiatique

Le boudin aux pommes un peu revisité…

Sortir du boudin aux pommes ou du boudin-purée quand on reçoit, ça se fait.  Juste un peu d’imagination et de l’huile de coude.

Mais le résultat vaut l’effort…

Ingrédients pour 4 personnes

Samosas : 300 g de boudin frais – 8 feuilles de brick – Huile de pépin de raisin

Salade : Une belle betterave crue cuite au four – Une demi pomme granny

Sauce asiatique : une demi échalote – 1 ou 2 petits cubes de betterave – une demi cuiller à café de sucre – Une cuiller à soupe de vinaigre blanc – Une pincée de 5 parfums – Une cuiller à soupe de sauce soja – Une cuiller à soupe de graines de sésame grillées ou une cuiller à café d’huile de sésame – 4 cuillers à soupe d’huile de pépin de raisin

Recette

Il faudra faire cuire votre betterave au four à 220° à l’avance. Il faut bien une heure. Vérifier la cuisson en plantant une pique en bois. Cela doit s’enfoncer sans trop de résistance.

Faites vos samosa avec une demi feuille de brick badigeonnée d’huile (ou de beurre fondu si vous préférez). Avec 100 g de boudin on en fait à peu près 4.

Faîtes cuire au four chaleur dessus dessous sur une grille à 200° environs dix minutes. Il faut que ça soit bien doré, vous voyez bien, un peu plus si nécessaire.

Pendant ce temps mélangez au mixeur les ingrédients de la sauce qui sera onctueuse et d’un joli rose qui plaira aux filles.

Coupez en petit dés la betterave et en bâtonnets la pomme.

Ajoutez la sauce.

Servez sur les assiettes, ça en jette et c’est bon !

Commentaires

Cuire la betterave au four permet de concentrer les saveurs. On sent ce parfum de terre caractéristique souvent masqué par le sucre dans les betteraves cuites à l’eau. Mais vous pouvez les utiliser si vous avez la flemme. Ce sera moins près du goût, c’est tout.

Le 5 parfums c’est un mélange chinois à ne pas confondre avec le quatre épices. Il contient toujours du poivre de Sichuan (qui en fait est un agrume), de la cannelle et de la badiane. Pour le reste on lit tout et son contraire : coriandre, cumin, réglisse, graines de fenouil, écorces d’agrumes… En tous cas il faut au moins une épice amère pour équilibrer. C’est ce qui donne son goût caractéristique au barbecue chinois ou au canard laqué. Avec la sauce soja bien sûr !

Truite fumée sur une galette de lentilles vertes, comme un blini, et sa crème de pois chiches

truite-fumee-galettes-de-lentilles-vertes-creme-de-pois-chiches

Une entrée raffinée sans œuf, ni lactose, ni gluten

Difficile de cuisiner lorsque vous avez des personnes à table qui ne doivent manger ni gluten, ni œuf, ni lactose. Et pourtant on y arrive, il suffit de quelques essais et de se creuser la tête pour avoir des résultats très corrects.

Voici donc une variante du poisson fumé, crème aux herbes, blini. Et franchement je n’en suis pas mécontent, tout le monde s’est régalé, intolérants et non.

J’ai voulu en plus la jouer « terroir » pour mettre en avant de bons produits de la Haute-Loire.

Pour les blinis (8 galettes)

2 cuillers à soupe de tapioca prise rapide – 20 cl d’eau – 2 yaourts de soja – 1 pot de yaourt de farine de lentilles vertes du Puy – Un pot de yaourt de maïzena – 6 cuiller à soupe d’huile neutre en  goût (pépin de raisin) – Une cuiller à soupe d’huile de colza grillé – 2 cuillers à café de levure chimique – sel

Préparation : Faîtes chauffer l’eau avec le tapioca, laissez prendre 5 minutes, cela vous fait un gel qui remplace l’œuf tant bien que mal – Rajoutez vos deux pots de yaourt – Mélangez – incorporez les farines – les huiles – la levure – le sel

Laissez reposer 20 minutes

Cuire les galettes à feu moyen dans une poêle à blinis avec un peu d’huile ( 5 mm d’épaisseur à peu près).

Elles doivent être légèrement dorées. Elles sont normalement souples et moelleuses.

Le colza grillé amène une note intéressante, mais vous pouvez aussi essayer avec de l’huile de sésame grillé, de noix grillée… Si vous n’en avez pas, ne vous mettez pas la rate au court bouillon, vous aurez une belle galette 100% végétale.

Vous pouvez remplacer votre farine de lentille par de la farine de pois chiches, de châtaignes, de sarrasin…Question de goût.

Pour la crème de pois chiches

Une petite boîte de pois chiches – 1 cuiller à soupe de sésame blond -5 cuillers à soupe d’huile de colza – Une ciboule entière (ou un oignon vert) – Une cuiller à soupe de feuilles d’estragon hachées – Une belle tranche de citron – sel – Paprika fort

Préparation

Moi j’épluche les pois chiches, ça prend du temps mais c’est bien plus digeste. A vous de voir… Si vous avez décidé de les cuire vous mêmes (bravo, c’est bien mieux !) épluchez les après le trempage de 12 h, ils ne s’écrasent pas entre les doigts. Mettez dans le blender.

Ensuite faîtes chauffer une poêle sans matière grasse, mettez y à dorer vos graines de sésame. Moi j’arrête lorsque l’on sent des arômes de caramel et qu’elles commencent à prendre couleur, sans noircir. Si vous aimez plutôt les notes plus grillées et puissantes, prolongez. Mettez dans le blender.

Séparez le blanc de la ciboule, taillez le grossièrement. Mettez dans le blender.

Enlevez le blanc et l’écorce du citron et les pépins, mettez dans le blender.

Le sel , le paprika.

Mixez en ajoutant l’huile progressivement jusqu’à la texture souhaitée (une pâte souple) .

Rectifiez l’assaisonnement et l’acidité.

Incorporez le vert de ciboule taillé fin et l’estragon.

Dressez vos entrées avec 8 tranches de truite fumée du Vourzac